Design

En permaculture, le « design » (« dessin » ou plus globalement toute la réflexion apportée à la disposition des éléments entrant dans la culture du jardin) est un point clé. Il est basé sur des principes fondamentaux comme la multiplication des fonctions d’un élément ou le remplissage d’une fonction par plusieurs éléments.

Un bon exemple de remplissage d’une fonction par plusieurs éléments est la création d’un compost qui pourra être valorisé lors de la présence d’animaux et de leurs déjections, de zones produisant de la biomasse en végétaux verts, d’un champs de graminées qui en séchant sera une source importante de carbone, d’un espace de récupération des déchets de cuisine et excédent de légumes, d’un récupérateur d’eau pour le maintien d’un taux d’hydrométrie mesuré, etc.

Aussi, pour lllustrer la multiplication des fonctions on peut prendre exemple de la haie qui sert de brise-vent, de filtre sous-terrain, de drain pour l’eau, d’habitat pour la biodiversité, de brise-vue, de capteur de chaleur, etc.

Le design du P.A.R.C a été pensé et soumis à l’avis de nombreux amateurs en permaculture. Il a également fait l’objet d’une étude spécifique lors du CCP (Cours Certifié en Permaculture) réalisé en Août 2016 chez Korakor. J’en profite notamment pour remercier les 4 personnes qui ont planché sur le sujet avec moi, Jojo, Mans, Kali et Chapman.

Toute la réflexion autour de ce design ne saura être présentée ni expliquée ici car elle répond à de très nombreuses contraintes et ressources difficiles à résumer, cependant les grandes lignes seront abordées afin de mieux se rendre compte du résultat escompté.

Définition des zones. La permaculture, afin de simplifier le travail du jardinier, propose de classer le terrain en zone, de la zone 0, zone nécessitant le plus de soin et donc le plus de temps, à la zone 5, celle la plus autonome. (Il existe beaucoup de livres et documentations sur le net décrivant plus en détails l’articulation de ces zones)

On fera référence dans ce document à la légende du design ci-dessous, via l’insertion de mention numérotée.

Voici donc ce design :

design

 

Zone 0 : La zone 0 de ce design n’est pas la zone 0 que l’on trouve habituellement dans les guides de permaculture, pour la simple et bonne raison que la permaculture est et doit être totalement personnalisée au projet. En temps normal, l’habitation se trouve dans cette zone. Le projet ici est la création d’une activité maraîchère, d’où le choix de placer cette activité en zone 0 du projet et d’en sortir l’habitation afin de conserver une certaine indépendance et intimité familiale. Pour des questions logistiques, le maraîchage a donc été placé sur la partie la plus au nord du terrain, au plus proche du seul accès au réseau routier. La disposition d’une zone arboricole    (1)   en forme de fer à cheval  tout autour de la parcelle en pente a été pensé afin de répondre à différents besoins, comme la captation de chaleur, la réverbération du soleil, la disposition de fruits et petits fruits, la filtration et drainage des eaux provenant des parcelles voisines au nord, le freinage des vents Est-Ouest, l’isolation des courants froids du Nord, la présence de biomasse pour le compost, l’attraction d’une grande biodiversité, la création de brise-vues, la disposition de zones d’ombre ou zones de protection pour les animaux de certains rapaces, …

Dans cette zone ont également été identifié les besoins d’une serre à semis  (2),  d’une serre de culture  (4)   (mise en place d’une serre mobile comme le présente si bien Mr Coleman de la Four Seasons’ Farm), d’une zone de culture plein champs, d’un espace de stockage (outils, légumes, …)  (3), du potager mandala  (5), de cultures plein champs  (6), d’une zone de compost, de récupérateur d’eau de pluie et d’espaces de circulation.

Zone 1 : Cette zone englobe les espaces dans lesquels le jardinier a besoin de se rendre régulièrement dans la journée. L’habitation (9)  a été replacée dans cette zone pour les raisons évoquées précédemment. La réflexion engendrée autour du mode de construction aboutit aujourd’hui à l’idée d’une habitation semi-enterrée (type EarthShip, maison tortue, …) auto-construite. Le poulailler   (10)  entre également dans cette zone 1 puisqu’il nécessite une présence quotidienne.

Zone 2 : Ici ont été placé les baissières avec culture en agroforesterie et aromatique. Les autres éléments qui ont été répertoriés ici sont l’espace de jeux   (8) , car son entretien nécessite un peu de présence tout de même (prévu au cœur d’une végétation « plus sauvage » présente en zone 3), la zone « fleurs » et la continuité de la zone fruitière.

Zone 3 : On retrouvera ici l’habitat et l’enclos des canards   (11)  (qui co-vivent avec les poules), la zone « sauvage »  (7) (dans laquelle se trouve l’aire de jeux) qui ne nécessite que très peu d’entretien. L’espace d’accueil de woofers ou stagiaires   (13)   sera compté dans cette zone 3 (car conçu pour être « autogéré » par ses occupants. Dans cet espace, se trouvera un espace commun (cuisine, abri chauffé, douche, toilettes sèches) et des espaces d’habitation mobile (tente, yourte, caravane, …). On ajoutera un espace ruche   (12)  à cette zone afin d’organiser la pollinisation des jardins (ces ruches n’ont pas pour vocation à « produire » et donc nécessitent moins de travail, d’où leur présence dans cette zone)

Zone 4 : La zone de pâturage  (14)  sera au cœur de cette espace. L’objectif dans un premier temps est d’offrir aux voisins la possibilité de faire paître leur bétail afin de récupérer les déjections pour compostage, peut-être également échanger ce prêt de terre contre quelques bottes de paille/foin, un coup de main ponctuel, … etc. La zone « retraite », situé de l’autre côté de la « zone humide » nécessitera simplement un fauchage ponctuel afin de conserver un passage.

Zone 5 : La zone humide   (16)   sera utilisée ici comme accueil de biodiversité et transformation en bocage naturel. Cela permettra de filtrer tous les cours d’eau et nappes provenant des terres voisines (au sud) et sera un producteur important de biomasse. Il sera envisagé la discussion autour du prélèvement de branches et troncs d’aulnes (BRF, fabrication d’outils, matériaux de construction, …). Dans cet espace, aucunes interventions n’est à prévoir. L’implantation de nouveaux arbres sera toutefois réfléchie.

4 réflexions au sujet de « Design »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *